Accueil     Notes préliminaires    Glossaire   Agrandir les photos d'un clic de souris

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V















P2





Plateforme d’élévation d’autel
Centre de la vie liturgique, la table d’autel* est placée sur une estrade (une plateforme) qui élève le niveau du sol de l’abside* et est accessible par des marches généralement placées sur les côtés. Cette élévation est appelée bem en arménien, terme qui provient du grec béma et signifie également « scène ». Elle est située à l’extrémité orientale de l’église et constitue la dernière étape de l’élévation progressive, en trois paliers, du croyant vers le « saint des saints ». Le premier niveau est celui du sol du gavit* (narthex*), le second celui de la nef* de l’église, et le troisième celui de l’espace sacré où est célébrée la liturgie dont le moment crucial est l’eucharistie. Durant la préparation de ce sacrement, l’élévation de l’autel* et toute l’abside sont cachées au regard des fidèles par un rideau qui est alors tiré, puis bientôt réouvert.
On est mal renseigné sur le niveau, semble-t-il assez bas, que cette élévation atteignait aux premiers siècles du christianisme en Arménie, car rares sont les bems de cette époque initiale conservés dans leur état originel. Elle a, semble-t-il, progressivement augmenté au fil des siècles. La présence d’une telle élévation et du rideau au-dessus d’elle est l’un des signes par lesquels les églises apostoliques arméniennes* se distinguent des églises orthodoxes (chalcédoniennes*). Ces dernières se caractérisent, de leur côté, par la barrière/le muret du chancel ou la cloison du templon ou encore le mur de l’iconostase.
Voir aussi : Élévation de l’autel. Voir ill. Élévation de l’autel.








Plinthe
Moulure* horizontale plate au bas de la base* d’une colonne* ou d’un pilier* (ou de leur forme engagée).







Podium
Massif de maçonnerie au-dessus du niveau du sol, servant de soubassement* à une construction.







Porche
Petite construction placée en avant-corps devant l’entrée d’un édifice pour la protéger.







Porche-clocher
Porche* tétrapode*, à un ou deux étages, surmonté d’un lanternon* (une petite rotonde*) dans lequel une ou plusieurs cloches sont pendues.
Ce type de construction, adjoint à l’entrée principale d’une église, est une création de l’architecture arménienne du xviie s., dès lors très populaire, y compris en diaspora.
Au xviie-xixe s., le clocher-lanternon s’implante parfois, non sur un porche, mais sur une galerie* (un portique*) longeant la façade ouest de l’église.




Porche-clocher devant l'entrée ouest de la cathédrale d'Etchmiadzine (1653-58).
 Deux baldaquins tétrapodes superposés portent un lanternon en rotonde octostyle.



Portail
Ensemble d’éléments architecturaux placés en saillie autour d’une porte pour la mettre en valeur.
Le portail se distingue du porche* en ce qu’il est intégré à la façade sur laquelle il forme une saillie plus ou moins marquée.
En Arménie, l’évolution typologique du portail reflète les changements socio-politiques.
À la période paléochrétienne* et au viie s., le portail se compose de deux piédroits* généralement à paire de demi-colonnes*, portant un arc* souvent coiffé d’un gâble*.
À la période des royaumes* (xe-xie s.), le gâble disparaît et le portail se réduit à deux piédroits portant un arc. La multiplication des montants et la transformation de l’arc en archivolte* donne parfois au portail une saillie insolite (évoquant des analogies occidentales).
Un type à chambranle strictement rectangulaire, avec sorte d’architrave* saillante à tendance antiquisante (évoquant la Syrie paléochrétienne), est propre au premier tiers du xie s.
La période des féodalités* (fin xiie-xive s.) se caractérise par des portails doubles : un premier chambranle cintré est encadré par un second, rectangulaire. Structure des portails et décor sont très proches de ce qui se pratique alors en milieu musulman, notamment chez les voisins seldjoukides.







Portique
Voir : Galerie.







Prélature
1. Fonction et titre honorifique de hauts dignitaires de l’Église (évêque, archevêque) en charge d’une circonscription ecclésiastique étendue.
2. Lieu où s’exerce la fonction du prélat et où il réside.









Profil
Voir : Modénature (1).







Pyrée
Voir : Autel du feu.








A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V















P2




   Accueil    Notes préliminaires      Glossaire     Agrandir les photos d'un clic de souris

Collectif 2019 AHA