Architecture arménienne Հայ ճարտարապետություն Armenian architecture 
Армянская архитектура








Parement (= Revêtement)




Accueil du site

Index des termes du glossaire


Notes préliminaires




                    
Revêtement mural en pierres de taille destiné à habiller (à couvrir) le noyau de la maçonnerie*.
Dans l’architecture arménienne, la technique de construction* comporte un blocage* entre les deux parements d’un coffrage*. Ceux-ci sont généralement faits, dans les régions du centre et du nord-est, de pierres volcaniques soigneusement taillées sur leur face extérieure, à joints vifs*, et disposés en assises* régulières. Les édifices se parent ainsi de revêtements très rectilignes, animés de quelques accents en bas-relief* créant de riches jeux d’ombre et de lumière, dans des volumes aux lignes pures.
Du ive au viie s. inclus, les parements sont épais, faits de pierres d’assez grandes dimensions (certaines peuvent mesurer trois mètres de long), qui pénètrent profondément dans le blocage et sont allongées horizontalement. Au Moyen Âge au contraire, surtout à partir du xiiie s., les revêtements sont formés de plaques plus fines, de dimensions relativement réduites, assez souvent allongées en hauteur.
Compte tenu de la diversité chromatique des tufs d’Arménie, la répartition des pierres, en apparence aléatoire, crée souvent sur les façades de curieux effets de bigarrure polychrome. On recourt aussi à une bichromie régulière qui est rare jusqu’au viie s., devient plus fréquente au Moyen Âge, en particulier au temps des féodalités (remparts d’Ani), et enfin se répand largement à la période moderne. Elle permet de former des motifs, notamment celui de la croix, ou de souligner certains éléments architecturaux (chambranles, toits…), parfois même de décorer des surfaces murales entières (marqueteries, damiers).






Artzvaber (Vaspourakan, actuel village de Salmanağa [Turquie]). Église Ste-Mère de Dieu (probablement années 630). Assise intérieure du tambour combinant pendentif et trompe (complétée de deux trompillons). Parement à bichromie régulière. Photos Hraïr Hawk Khatcherian.
Monastère de Havouts Tar, « église de la colline » (fin xiie-début xiiie s.). Faç. ouest. Parement à bichromie bigarrée. Photo Hraïr Hawk Khatcherian.
Monastère de Saint-Thaddée (Vaspourakan, canton d’Artaz, actuel district de Makou, nord-ouest de l’Iran). Église ancienne (1329, reconstruite en 1680-85), vue générale du nord-est. Parement à bichromie régulière. Photo Ara Melikian.
                          
                                


 
















Collectif © 2019 AHA