Architecture arménienne Հայ ճարտարապետություն Armenian architecture 
Армянская архитектура








Orientation



Accueil du site

Index des termes du glossaire


Notes préliminaires




                    
Direction donnée au lieu de culte, au sanctuaire, tourné vers le point cardinal qui correspond à l’est, à l’Orient. C’est l’axe sacré*, orientation obligatoire marquée dans une église chrétienne, notamment arménienne, par la position de l’abside* et de l’autel* (du maître-autel) à l’extrémité orientale de l’édifice. On croit en effet que c’est de l’est, d’où se répandent chaque matin les rayons du soleil, que viendra le salut au Jugement dernier. Cette croyance est héritée de l’Antiquité préchrétienne : Vitruve indiquait déjà au Ier s. av. J.-C. que le temple devait être disposé de telle manière que le fidèle se tenant devant l’autel regarde vers l’est pour pouvoir être vu par la divinité qui apparaît avec le soleil.
Cette image se retrouve en partie dans Matthieu 24.27 : « En effet, comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. »

Au monastère de Haritj, deux orientations différentes s’observent : a) celle, exactement à l’est, de l’église principale Ste-Mère de Dieu (1201) et de son gavit / jamatoun (entre 1201 et 1224), b) celle, déviée vers le sud, de la petite église St-Grégoire, la plus ancienne de l’ensemble (c. viie s., remaniée au Moyen Âge, à l’angle sud-ouest du gavit), et de ses annexes. Ce décalage peut s’expliquer par le fait que le lever du soleil est précisément à l’est seulement lors des équinoxes de mars et de septembre, tandis que pendant le reste de l’année, il se déplace vers le nord et le sud. Il est permis de supposer aussi que St-Grégoire conserve la trace d’un sanctuaire antérieur qui aurait déjà eu une telle orientation.

Monastère de Haritj.
Plan d’après P. Cuneo
1988, p. 248-249.

Monastère de Haritj.
Vue du sud-est.
                          
                                


 














Collectif © 2019 AHA