Architecture arménienne Հայ ճարտարապետություն Armenian architecture 
Армянская архитектура








Mosaïque



Accueil du site

Index des termes du glossaire


Notes préliminaires




                    
Procédé de décoration des pavements et des murs intérieurs par assemblage de petites pierres de couleurs (dites « tesselles ») fixées par un liant à chaux.
Attesté en Arménie à la période préchrétienne, l’art de la mosaïque s’est maintenu jusqu’au viie s. inclus, mais presque rien n’en subsiste. En revanche, d’importantes compositions à inscriptions arméniennes des premiers siècles chrétiens sont conservées à Jérusalem.


Jérusalem, quartier Mousrara/Moracha, près de la porte de Damas. Chapelle funéraire Saint-Polyeucte. Mosaïque de pavement (ve-vie s.) comportant une inscription arménienne « en mémoire de tous les Arméniens dont le Seigneur connaît les noms ». Un ensemble de rinceaux dans lesquels des oiseaux sont logés figure probablement le paradis. Cette œuvre se rattache à un art romain tardif populaire en Terre Sainte. C’est la mieux conservée d’une série de (portions de) mosaïques paléochrétiennes provenant d’anciens lieux de culte arméniens de Jérusalem. Photo Hraïr Hawk Khatcherian.

                          
                                


 












Collectif © 2019 AHA