Accueil     Notes préliminaires    Glossaire     Agrandir les photos d'un clic      

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V












M2








Mâchicoulis
Sorte d’étroit balcon au sommet de fortifications, percé d'ouvertures dans sa partie inférieure, pour permettre aux défenseurs de jeter des projectiles sur les assaillants.







Maçonnerie
1. Travail du maçon, de l’artisan bâtisseur.
2. Ensemble des travaux de construction d’un bâtiment, comprenant fondations, murs et toits.
Est proche mais distinct du terme « appareil* » qui ne concerne que l’agencement des pierres des murs, donc, en Arménie, du parement* (revêtement).







Maitre-autel
Voir: Autel.








Marqueterie de pierre
Assemblage de pierres aux contours, couleurs et ornementation divers, fréquemment employé dans la décoration sculptée des monuments architecturaux de l’Arménie médiévale, en particulier entre la fin du xiie et le milieu du xive s. Ce type d’ornementation s’applique aux bords des portails*, parfois à l’espace entre les deux chambranles des portails, aux tympans* des portes, à la face de l’élévation des autels* (le bèm) et aux plafonds* des gavits*. Ces marqueteries comportent une alternance, souvent bi- ou polychrome, d’étoiles et de losanges, ou de polygones et de triangles, à la sculpture souvent très fouillée. Elles sont parfois remplacées par des imitations sculptées de marqueterie, rehaussées de couleurs peintes. Elles font partie des dispositifs décoratifs qui, à l’époque des féodalités, apparentent les monuments arméniens à ceux de leurs voisins musulmans.






Monastère de Haritj. Gavit (début du xiiie s.). Façade ouest. Tympan.


Martyrium
Édifice destiné à abriter la tombe ou les reliques d’un martyr, aux ive-viie s.
Le martyrium peut être de dimensions modestes, même couplé avec une chapelle mémoriale*, comme à St-Vardan de Zovuni.
Il peut aussi, ayant été initialement hypogé* et surmonté d’un oratoire*, devenir plus tard la crypte* d’une église reconstruite sur lui, comme à Ste-Hripsimé et Ste-Gayané.
Il peut encore revêtir une forme beaucoup plus grande en se métamorphosant en une église martyriale*, comme à Zvartnots, qui abritait les reliques de saint Grégoire.
Voir ill. Chapelle martyriale.







Mausolée
Édifice funéraire abritant un ou plusieurs tombeaux. Consiste souvent en un caveau* entièrement ou partiellement hypogé*. Celui-ci peut être surmonté d’un oratoire* ou chapelle mémoriale*, à son tour couronné d’un lanternon* (petite rotonde*). C’est le cas de chapelles funéraires* ou mémoriales du xive s. Cette structure renoue avec une tradition antique illustrée par le mausolée des Julii (ier s. av. J.-C.) à Glanum (St-Rémy de Provence, France)..



A)       Monastère de Noravank, église-mausolée du prince Bourtel Orbélian

(1333-1339).


B)       Chapelle-mausolée du prince Azizbek à Eghvard

(déb. XIVe s.)



Mégalithe
Monument préhistorique formé d'une ou plusieurs pierres brutes d’assez grandes dimensions.
Les termes bretons cromlech*, dolmen*, menhir* désignent les divers types de monuments mégalithiques. Cette typologie est présente dans diverses régions du monde et notamment en Arménie, en particulier à Zorats karer (Karahundj).





Ex. le site de Zorats karer ou Karahundj.


Meneau
Montant de pierre vertical qui divise une fenêtre. Dans une fenêtre géminée comme celle d’Achtarak (c. vie s.), il n’y a qu’un meneau. Dans une fenêtre triple (un triplet*) comme à Ererouyk (c. vie s.), il y en a deux.






A) Basilique d’Achtarak dite Tziranavor(c. vie s.). Haut de la façade ouest. Fenêtre géminée (double).
 B) Basilique d’Ererouyk (c. vie s.). Haut de la façade ouest. Fenêtre triple (triplet.

Menhir
Mégalithe* dressé de la période préhistorique. Des menhirs peuvent être rangés en alignement. Quand ils sont disposés en cercle, ils forment un cromlech*.
Les menhirs sont l’une des premières manifestations en Arménie du principe de la pierre dressée qui connaîtra diverses traductions au cours des siècles, notamment le vichap* à l’Âge de bronze, et le khatchkar* au Moyen Âge.



Ex. Alignement de menhirs à Zorats karer (Karahundj).


Meurtrière
1. Fente verticale pratiquée dans un mur de fortification pour jeter des projectiles sur les assaillants.
2. Par analogie, fenêtre très étroite du Moyen Âge arménien, largement ébrasée* vers l’intérieur.









Miaphysite
Sont souvent dites aujourd’hui « miaphysites » les Églises orientales, dont celle d’Arménie, qui ont rejeté le dogme de Chalcédoine (451) sur les deux natures dans la personne du Christ.
Elles ont donc été appelées « non-chalcédoniennes » ou « préchalcédoniennes », ou encore « Églises des trois [premiers] conciles », car elles sont restées fidèles au dogme adopté au troisième concile œcuménique, celui d’Éphèse (431) qui affirme l’« Unique nature du Verbe incarné ». De là vient la qualification de « monophysite* » [une seule nature, la divine] qui leur a longtemps été attribuée, qualification qu’elles rejettent ; de là vient aussi qu’elles furent considérées comme hérétiques par l’Église grecque orthodoxe. Le terme plus récent de « miaphysite » est présenté comme reflétant mieux la croyance en une nature unissant les parts divine et humaine de la personne du Christ.
La position christologique mono-/miaphysique a fortement influencé la culture et l’art arménien, en particulier l’architecture* et les khatchkars*.
Voir : Chalcédonien, monophysite.







Miniature
Voir : Enluminure.







Modèle réduit d’une église
Représentation miniature d'une église, taillée dans la pierre en un volume isolé ou en relief sur une façade.
Assez nombreux dans l’architecture médiévale arménienne, les modèles réduits peuvent servir :
- d’acrotère* en tant qu’ornement et symbole, au sommet du toit d’une église,
- d’élément d’offrande dans une scène de donation sculptée sur une façade (c’est alors un haut-relief*),
- de reliquaire*, fonction probable lorsque le modèle est évidé et muni d’une large baie (porte),
- la fonction d’objet de démonstration destiné au commanditaire, supposée par analogie avec une pratique de la Renaissance, est hypothétique.







Modénature (1. = Profil)
1. Profil d’une moulure* ou d’un corps de moulures, p.ex. d’une base* ou d’une corniche*.
2. Dans un sens plus général : traitement plastique des éléments architecturaux à fonction ornementale.







Modillon
Élément architectural sculpté ou mouluré, saillant, placé à intervalles réguliers sous la tablette (le tailloir) d’une corniche*. Se distingue du denticule des corniches dentelées* par sa taille et son ornementation.
Voir : Corniche à rang de modillons.
Voir : ill. Corniche à rang de modillons.







Module
Mesure héritée de la tradition antique du nombre d’or*, servant d’étalon pour fixer les proportions d’un édifice. Le module correspond en général à l’une des dimensions d’un support* : longueur de la section d’un pilier*, demi-diamètre du fût* d’une colonne* ou d’un pilier, ou, dans un édifice à coupole*, demi-diamètre (rayon) de la base de la coupole..







Moellon
Pierre de petites dimensions, brute, ou grossièrement taillée, employée dans la maçonnerie* d’un mur.







Monastère (= Abbaye, couvent)
Ensemble de bâtiments cultuels, ancillaires, toujours fortifiés, résidentiels… abritant une communauté de moines ou de moniales, placée sous l’autorité d’un(e) supérieur(e) ou abbé/abbesse.
On ne connaît pas de témoignage architectural ou archéologique d’ensembles monastiques en Arménie avant le ixe s. En revanche, à partir du xe s., de tels ensembles, se sont multipliés. Ils ont constitué, tout au long du Moyen Age, les foyers où se réfugièrent et se développèrent la culture et les arts arméniens, notamment l’enluminure.
Bien que peu nombreuses, les communautés de femmes (moniales) sont attestées dans l’Arménie médiévale.








Monoconque (Église monoconque)(n. f. et adj.)
Église cruciforme* à coupole*, où seul le bras oriental est intérieurement arrondi et couvert d’une conque* ; ce bras correspond à l’abside*. Les trois autres bras de la croix ont un contour quadrangulaire et sont voûtés.
Se distingue des églises triconques* et tétraconques*.
Voir aussi : Croix libre (plan en c.l.) ; croix latine.








Mononef (Église mononef, église à nef unique)(n. f. et adj.)
Église de type basilical (allongée d’ouest en est, sans coupole) ne comportant qu'une nef* (= à nef unique).
Se distingue des basiliques* à trois nefs dites aussi trinefs*.










A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V












M2







   Accueil    Notes préliminaires      Glossairen    Agrandir les photos d'un clic de souris

Collectif 2019 AHA