Accueil     Notes préliminaires    Glossaire    Agrandir les photos d'un clic      

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V


Ébrasement
Elargissement vers l’intérieur, des murs encadrant une fenêtre, pour améliorer l’éclairage intérieur de l’édifice.
En Arménie, les fenêtres, assez larges jusqu’à la fin du viie s., se transforment à partir de la fin du ixe s. en meurtrières*, mais avec un fort ébrasement.







Écoinçon
Espace à la jonction entre deux arcs (ou entre un arc et un montant vertical). En Arménie, l’arcature aveugle* de la cathédrale de Zvartnots, au milieu du viie s., en donne des exemples caractéristiques.



Ex. : arcature aveugle de Zvartnots.


Édicule
Petit édifice, construction de petites dimensions.







Église apostolique arménienne
Église orientale autocéphale préchalcédonienne, largement majoritaire chez les Arméniens. Elle se définit comme apostolique, car sa fondation est traditionnellement attribuée aux apôtres Thaddée et Barthélémy (ier s.). Elle s’estime orthodoxe, ce que rejette l’Église grecque orthodoxe. Elle est également appelée « grégorienne », surtout à partir du xixe s. par l’administration russe, en référence à l’évangélisation du pays par saint Grégoire l’Illuminateur au début du ive s.







Élévation de l’autel
Plateforme dans l’abside*, à l’extrémité orientale des églises arméniennes. Elle surhausse le sol du « chœur* », où se trouve la table d’autel*.
De chaque côté, une volée de marches permet aux officiants d’accéder à cette élévation, devant laquelle le rideau d’autel* est tiré lors de la préparation des espèces.
La face de l’élévation tournée vers la nef* ou vers l’espace central de l’église, est généralement décorée des motifs végétaux et géométriques, parfois aussi de reliefs figurés et de croix.
Dans les églises géorgiennes, l’élévation de l’autel n’existe presque pas, ou est très faiblement marquée ; elle est remplacée par un chancel = une balustrade ou un muret séparant l’abside de la nef.



Monastère de Hovhannavank. Eglise principale
 St-Jean (1216-21). « Bèm » et rideau.



Enceinte (B) = Rempart)
A) Tout dispositif qui entoure et défend un espace (fossé, levée de terre, mur, ensemble de murailles…).
B) Dispositif bâti (mur de clôture fortifié ou série de murailles) qui entoure et défend un espace. Dans ce sens, synonyme de rempart*.
C) Espace ainsi délimité.








Encorbellement
Élément architectural en saillie, en surplomb sur un mur.







Enluminure (= Miniature)
1. Peinture qui décore un manuscrit.
2. Art de la décoration peinte des manuscrits.







Entablement
1. Partie supérieure d’un édifice, qui comprend, de bas en haut, l’architrave*, la frise*, et la corniche*, dans l’architecture antique gréco-romaine.
2. S’emploie parfois à propos d’architecture médiévale pour désigner un élément horizontal de couverture, p.ex. de portail.







Entrelacs
Ornement composé de tiges qui se croisent en se recouvrant.
Un entrelacs formé de deux tiges ondulées peut être appelé « tresse* ».
Un entrelacs formé de deux tiges à entrecroisements anguleux suivis de segments horizontaux est appelé « chaîne seldjoukide* ».







Épannelage
Façonnage d’un chapiteau* pour lui donner la forme souhaitée, en particulier pour que les lits de pose et d’attente correspondent à l’élément couvert et à celui porté.







Épigraphe
Inscription* gravée sur un édifice, notamment pour indiquer la date de construction, la dédicace et le commanditaire.
L’artisan chargé de graver les inscriptions est appelé « lapicide* ».
Le savant qui étudie les inscriptions est appelé « épigraphiste* ».



Ex. : Monastère de Dadivank, égl. principale, faç. sud.


Épigraphie
Ensemble des inscriptions gravées sur les monuments, et leur étude.







Épigraphiste
Spécialiste de l’étude des inscriptions, surtout des inscriptions lapidaires*.










Erdik
Ouverture (lucarne*) au sommet du toit à poutres en encorbellement dit hazarachen*, dans les maisons traditionnelles du type gəlkhatoun*.







Érémitisme
État et mode de vie solitaire de l’ermite*, au contraire du cénobitisme, qui définit la vie en communauté des moines cénobites*.







Ermite (= Anachorète)
Moine qui a fait le choix d'une vie spirituelle dans la solitude. Il vit dans un lieu retiré, que les Arméniens, à la suite des « Pères du désert » égyptiens, appellent « désert », ou dans un monastère extrêmement modeste, appelé « ermitage ».







Extrados
Face supérieure d’un arc ou d’une voûte.
A l’opposé, l’intrados* en est la face inférieure.
Voir ill. Claveau.








A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V

   Accueil    Notes préliminaires      Glossaire   Agrandir les photos d'un clic de souris

Collectif 2019 AHA