Accueil     Notes préliminaires    Glossaire    Agrandir les photos d'un clic      

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V
A2




















Arcade
Ouverture ménagée sous un arc* et considérée avec celui-ci, ainsi qu’avec ses appuis* (paire de colonnes* ou de piliers*). S’emploie souvent au pluriel pour désigner une série de telles ouvertures arquées.
Voir ill. Appui. Basilique de Kassagh (c. ve s.). Arcades séparant la nef principale du bas-côté nord.
ill. Arcature ci-dessous : deux arcades au niveau principal







Arcature
Ensemble de petites arcades* décoratives. Phénomène rare en Arménie en raison de la fréquence et de la violence des séismes. S’emploie presque exclusivement dans sa version « aveugle ». Le niveau supérieur du monument d’Aghitou / Aghoudi (c. viie s.) offre l’un des rares ex. arméniens d’une arcature « réelle » (= non aveugle).



Monument-stèle d'Aghitou (c. viie s.).
 Arcature du niveau supérieur, au-dessus de l'arcade double du niveau principal.



Arcature aveugle
Arcature* légèrement saillante sur une façade. En Arménie, l’arcature aveugle « s’appuie » (presque) toujours sur une colonnade* aveugle. Le dispositif décoratif colonnade-arcature aveugle a commencé à se développer dans ce pays lors de l’âge d’or du viie s. et n’a, depuis, jamais cessé son existence. Ce dispositif paraît « plaqué » contre la façade, mais en réalité il fait corps avec l’appareil* de son revêtement.



Église St-Serge d’Artik (2e moit. viie s.), conque sud. Ex. de colonnade-arcature aveugle de l’Âge d’or.


Archaïsant
Caractère d'un élément de construction ou de décoration qui évoque une époque ancienne, mais en réalité ne se rattache pas à elle. Se distingue donc de ce qui est véritablement « archaïque ».







Architectonique
Qui a rapport à la science de l'architecture, qui est conforme aux techniques de la construction ou a trait à elles.







Architecture
1. Art de construire les édifices.
2. Ensemble des bâtiments présents sur un territoire. Selon la fonction des édifices, on distingue notamment les domaines suivants:
- architecture civile (= qui n’est ni religieuse ni militaire),
- architecture cultuelle (= qui est au service du culte, de la religion),
- architecture monastique (= propre aux ensembles abritant des communautés de moines),
- architecture funéraire (= qui concerne les espaces renfermant des tombeaux, des inhumations, p.ex. les mausolées),
- architecture mémoriale ou commémorative (= concerne des édifices destinés à perpétuer le souvenir d’un ou plusieurs personnages, d’un événement… ; peut englober l’architecture funéraire),
- architecture militaire ou défensive (concerne les constructions destinées à protéger l’entièreté ou une partie de lieux d’habitation, de pouvoir, de culte ou d’administration).







Architrave
1. Partie inférieure de l'entablement* dans l’architecture* antique gréco-romaine.
2. Désigne parfois, à propos d’architecture médiévale, notamment du XIe s., un élément horizontal (un bloc horizontal) qui surmonte le chambranle rectangulaire d’une porte, est légèrement saillant, comme une corniche*, et est ornementé. Les portails* arméniens portant une telle « architrave » évoquent ceux de la Syrie paléochrétienne.



 (2). Église de Tsakhats-Kar (1041). Façade sud, portail caractéristique du xie s., avec architrave saillante sur chambranle rectangulaire.


Archivolte
1. Au sens premier, désigne un arc* porteur de moulures* ou d’ornements* qui surmonte une arcade* et porte un mur
2. Par extension, désigne l’ensemble des voussures* (des rouleaux* d’arc) qui surmontent une arcade ou une baie*. C’est ce second sens qui est employé ici.



(2). Monastère de Kétcharis, église principale (déb. xie s.).
 Façade sud, portail muni d’une forte archivolte.



Arcosolium (pluriel : arcosolia)
Niche généralement surmontée d’un arc* semi-circulaire, dans un mausolée* ou un caveau*, au-dessus d’une tombe ou d’un sarcophage.



Mausolée d’Aghts / Aghtsk (années 360). Sépulture des rois arsacides d’Arménie. Arcosolium sud.


Arcs croisés (= Croisée d’arcs)
Arcs* généralement disposés par paires et qui se croisent sous la voûte* en pierre qu’ils portent.
Apparu semble-t-il, pour ce qui est de l’Arménie, sous des formes embryonnaires, au xe-xie s., le principe de la croisée d’arcs par paires s’est systématisé et développé dans les gavits*-jamatouns* du xiiie s. Il s’est appliqué aussi à d’autres édifices monastiques comme les réfectoires*, bibliothèques*, et même à certaines églises. Il permet de dégager entièrement l’espace intérieur en reportant les charges* exercées par la voûte* sur des appuis* attachés à l’armature murale.
Dans quelques cas, au xiiie s., les paires d’arcs se transforment en paires de nervures* qui dessinent, dans la calotte* d’une coupole*, une étoile à six branches. Un tel dispositif est proche de celui des nervures étoilées des coupoles musulmanes d’Andalousie du xe s.
Les paires d’arcs des gavits et réfectoires arméniens du xiiie s. s’apparentent, dans leur principe, aux croisées d’ogives de l’architecture gothique d’Occident. Un lien particulièrement étroit les rapproche de l’ample croisée de l’« atrium » de Casale Monferrato, dans le Piémont, peut-être refait au xiiie s.



Grand gavit du monastère de Haghbat (déb. du xiiie s.).
Plan. 

Grand gavit du monastère de Haghbat (déb. du xiiie s.).
Vue générale intérieure vers le nord-est.

Arête
Ligne d’intersection de deux voûtes en berceau plein cintre*.
Voir aussi : Voûte d’arêtes*.



Église de Mren (années 630).
Chapelle-sacristie sud-est. Voûte d'arêtes.



Assise
1. Dans un appareil* mural, rang horizontal de pierres, en principe de la même hauteur. La régularité des assises peut être rompue par l’ouverture de baies* : portes, fenêtres, ou par l’insertion d’éléments hétérogènes liés p.ex. à des restaurations.
2. On appelle parfois « assise » les fondations d’un édifice, ou encore les éléments sur lesquels s’appuie une superstructure, p.ex. la ceinture sur laquelle repose le tambour* d’une coupole*.



(1) Église de Mren (années 630).
 Angle nord-ouest. Les premières assises ont été arrachées probablement par des chercheurs de trésor.



Astragale (= Baguette)
Fine moulure* à profil semi-circulaire (= fin boudin* ou tore*), p.ex., entre le fût* d’une colonne* et son chapiteau*.


Astragale ou baguette.


Autel
Table de pierre placée au centre de l’abside*, sur laquelle sont posés les objets liturgiques et autour de laquelle la messe est célébrée. L’autel est parfois surmonté d’un baldaquin* (ciborium).
On appelle « maître-autel » l’autel principal, par opposition aux autels secondaires placés dans les absidioles* des chapelles-sacristies* flanquant l’abside et le bras ouest de l’église, ou encore dans des niches-absides* extérieures.
Voir ill. Anthropocentrisme : table d’autel dans l’abside de l’église de Nor Varagavank.



Monastère de Gochavank.
 
Église St-Grégoire (1231-41).
Sur l’élévation dite bem, une table d'autel médiévale récemment retrouvée.



Autel du feu (= Pyrée)
Construction tétrapode* couverte d’une coupole au-dessus du feu sacré, dans la religion zoroastrienne (ou mazdéenne). Des constructions de ce type ont existé en Arménie dans l’Antiquité tardive, mais ne sont pas conservées. Elles ont peut-être joué un rôle dans la genèse de la coupole arménienne.



Niassar près de Kachan (Iran). Pyrée attribué au début de la période sassanide (iiie s.).


Autocéphale (adj.)
Relatif aux Églises qui ont leur propre patriarche et ne sont donc pas soumises à l’autorité d’un patriarche extérieur.
L’Église arménienne est autocéphale, puisqu’elle élit elle-même son patriarche, appelé catholicos.







Axe sacré
Dans un édifice du culte chrétien, axe allant de l’ouest, où se trouve généralement l’entrée principale, vers l’est, où se trouve obligatoirement l’abside* qui abrite le maître-autel*. Cette orientation* est dictée par le lever du soleil à l’est et par la croyance que le salut viendra de l’Orient. Mais, du fait des décalages entre les levers de soleil selon les saisons, il peut y avoir un certain écart entre l'axe longitudinal d'une église et l'est indiqué par la boussole.









A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V
A2



















   Accueil    Notes préliminaires      Glossaire   Agrandir les photos d'un clic de souris

Collectif 2019 AHA