Accueil     Notes préliminaires    Glossaire    Agrandir les photos d'un clic      

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V


Imposte
Appliqué à l'architecture arménienne, ce terme désigne un chapiteau* engagé, c.-à-d. dont la partie postérieure est intégrée dans l’appareil* mural.
L’imposte couronne souvent un appui engagé*, un piédroit* de portail.
L’imposte peut porter une ornementation sculptée.







Inscription (d'un plan, d’un espace, d’un volume)
Action d’inscrire un plan, un espace, un volume dans un cadre plus large, simplifié, qui masque de l’extérieur la diversité et la complexité des contours et de l’organisation spatiale interne. Dans l’architecture* ecclésiastique de l’Arménie médiévale, les compositions intérieurement cruciformes ou rayonnantes sont souvent inscrites dans une enveloppe parallélépipédique ou polygonale qui simplifie, uniformise leur silhouette. Empêchant souvent de percevoir la structure interne, cette inscription laisse une impression d’hermétisme, alors qu’il s’agit probablement au contraire d’un souci de clarté, d’efficacité dans la transmission du message principal.










Inscription lapidaire
Texte gravé dans la pierre. De l’Antiquité tardive à nos jours, les Arméniens ont très largement pratiqué l’épigraphie* monumentale. Les façades et parois intérieures des églises, bâtiments conventuels et constructions profanes d’Arménie médiévale portent de nombreux textes souvent soigneusement gravés, avec une recherche flagrante d’effet esthétique. Ces textes se rapportent principalement à la fondation* des édifices et à des donations en contrepartie desquelles des messes devront être dites pour le salut de l’âme du donateur et de celles de ses proches. Le plus souvent datés et relatant parfois des évènements contextuels, ces inscriptions constituent des documents précieux pour l’histoire.






Monastère de Tatev. Chapelle St-Grégoire l’Illuminateur (1295). Tympan de la porte. Inscription dédicatoire du commanditaire, le métropolite et historien Etienne Orbélian.


Intrados
Face inférieure d’un arc ou d’une voûte.
A l’opposé, l’extrados* en est la face supérieure.
Voir ill. Claveau.








Collectif 2019 AHA